Archives du mot-clé femme

Marque-page

Aujourd’hui c’est au tour d’un patron de chaussettes de sortir.

Les chaussettes Marque-page sont des chaussettes féminines, ornées d’un délicat motif fait de mailles torses et de fausses torsades qui se déroule sur le dessus du pied et la cheville.

Une autre version de ce motif est proposée sur l’arrière de la cheville.

Ces deux motifs sont expliqués par diagrammes. Ils sont vraiment simples à réaliser, pour un résultat très élégant.

Ces chaussettes se tricotent en partant des orteils, avec un gousset et un talon renforcé.

Vous me connaissez, Je ne conçois pas un modèle de chaussettes en taille unique ! Ces chaussettes Marque-page sont donc disponibles dans un grand nombre de tailles, qui peuvent convenir aussi bien aux enfants qu’aux adultes. Vous aurez le choix entre 7 largeurs de pied et 21 pointures (du 25 au 45).

Pour les tricoter, il vous faudra entre 150 et 400 mètres de laine fingering à chaussettes. J’ai choisi les Chaussettes fing de (Vi)laines dans le coloris « Provision de bisous », un rose pâle moucheté de brun et de roses plus foncés. De quoi avoir de jolies chaussettes un brin girly, mais tout en délicatesse…

Aujourd’hui (9 septembre), jour de leur sortie, ces chaussettes sont gratuites !!! Ensuite, elles bénéficient de la promotion en cours sur tous mes modèles de 30% jusqu’au 12 septembre sur <a href="http://<a href="http://www.ravelry.com/purchase/atelierdesglenettes/721494">buy nowRavelry.

Nougatine

Etes-vous gourmande ?

Quand Aurélia (La Pelote Vagabonde) a sorti son coloris « Bataille de pralines » en décembre dernier, j’ai aussitôt imaginé un gilet très féminin, agrémenté d’une jolie guirlande de dentelle.

J’ai voulu ce gilet en fil sport (Abri sport) et j’ai choisi d’y associer un fil fingering pour la dentelle (en coloris « Une empreinte dans la neige »).

Ce gilet se tricote de haut en bas, sans couture. On commence pour l’empiècement en rond, formé par des augmentations successives. Puis on tricote le panneau de dentelle, expliqué par diagramme. Il n’est pas difficile, car il se travaille uniquement sur l’endroit. Et il apporte tout le charme de ce gilet.

Lequel est par ailleurs tout simple, puisqu’il se tricote en jersey endroit, excepté pour les bordures (encolure, bordures des poignets et du corps, bandes de boutonnage) qui se tricotent en côtes.

Tout repose donc sur l’association et le contraste entre le jersey en fil sport et la délicate dentelle en fil plus fin. Vous pouvez choisir des coloris contrastants ou au contraire qui créent un camaïeu…

Reste à y ajouter 7 jolis boutons et vous aurez un gilet tout en délicatesse, très agréable à porter cet automne.

J’ajoute, au cas où les photos ne permettent pas de le voir, que les fils Abri et Abri sport de La Pelote Vagabonde sont d’une douceur incomparable. Il s’agit de fils 100% mérinos, mais je n’en ai jamais connus d’aussi doux. Autant dire que ce gilet sera sûrement un de mes préférés la saison prochaine !

Si vous voulez vous le tricoter aussi, dépêchez-vous de l’acquérir sur Ravelry ou Payhip ! Je vous offre 20% de réduction jusqu’à la fin du mois d’août avec le code « nougatine ».

Caramy

Le Caramy est une rivière du haut Var. Les gens du coin le connaissent pour ses berges ombragées, où il est agréable de venir pique-niquer ou faire « trempette » pendant les fortes chaleurs.

C’est ce qui m’a inspiré ce top d’été pour femme : Caramy

Un top tout simple, avec de jolies rayures, à faire contrastantes ou ton sur ton.

Il se tricote en DK, aux aiguilles 4 mm, donc il est vraiment rapide à réaliser. Et d’ailleurs, je n’ai pas hésité à en faire un deuxième, que j’ai offert à ma sœur.

Tous les deux sont tricotés en fil Relax DK de (Vi)laines, un mélange coton/mérinos très doux et très agréable à porter.

Le mien est tricoté dans les coloris « S’asseoir sur le tapis d’argent » et « Les verres de Catherine », et celui de ma sœur en « Chapardises dans le verger » et « Trouver l’écharpe du rouge-gorge ». Lequel préférez-vous ?

Ce petit pull est prévu pour être porté avec une aisance positive d’environ 10 à 15 cm. Les tours de buste du top fini vont de 95 à 150 cm et le modèle est décliné en 10 tailles.

En ce qui concerne la construction, il se tricote de bas en haut, en rond jusqu’aux emmanchures, puis en aller-retour. A la fin, des mailles sont relevées pour les bordures du col et des emmanchures.

Si vous voulez tricoter Caramy avant la fin de l’été, je vous offre 20% de réduction sur ce modèle jusqu’au 15 août, avec le code « caramy » sur Ravelry et sur Payhip.

Vous venez prendre le frais avec moi ?

Ricochets

Comme une pierre que l’on jette

Dans l’eau vive d’un ruisseau

Et qui laisse derrière elle

Des milliers de ronds dans l’eau…

Pendant tout le temps où j’ai créé et tricoté ces chaussettes, j’ai eu ces quelques paroles d’une chanson de Michel Legrand dans la tête…

Voici donc les chaussettes Ricochets !

Ce sont des chaussettes mixtes, aussi bien pour femmes que pour hommes. Et leur grand nombre de tailles leur permet d’être tricotées pour des enfants ou des adultes.

Les chaussettes Ricochets comportent un panneau de mailles glissées qui s’entrecroisent et s’entrelacent comme des ronds dans l’eau. Ce motif est beaucoup plus simple à réaliser qu’il n’y parait. Il est expliqué par diagramme, différent pour chaque taille.

Elles se tricotent en commençant par les orteils, avec un gousset et un talon renforcé.

Le modèle est disponible dans un grand nombre de largeurs et de pointures :
2XS/XS (S/M/L/XL/2XL), en fonction de la largeur du pied : 16/18 (20/22/24/26/28) cm de circonférence. Les tailles 2XS et XS conviennent aux enfants.
21 pointures : 25, 26, 27, 28, 29, 30, 31, 32, 33, 34, 35, 36, 37, 38, 39, 40, 41, 42, 43, 44, 45.

Il vous faudra de la laine à chaussettes fingering, soit environ 150/200 (250/300/350/375/400) mètres.

Jusqu’au 23 juin, vous bénéficiez de 20% de réduction sur ce modèle en l’achetant sur Ravelry ou sur Payhip, avec le code « RICOCHETS ».

Espejos

Voici mon premier modèle de 2021 !

ESPEJOS

Et j’en suis d’autant plus fière qu’il s’agit d’une collaboration avec les laines Malabrigo !

Pour ce projet, j’ai choisi leur fil Rios, un de leurs plus connus. Il est rond, doux, très agréable à tricoter et parfait pour un projet avec des torsades.

Et justement j’avais envie de torsades ! Il n’y en a pas beaucoup dans mes modèles et pourtant j’aime les torsades…

J’en ai donc mis tout autour de ce col et sur le dessus des mitaines. Il s’agit ici de torsades qui se déplacent sur le tricot, s’éloignant puis se rejoignant tour à tour, créant ainsi un effet de mouvement, ou bien une série de petits miroirs. Mais pas de peur à avoir, ces torsades ne sont vraiment pas difficiles et on les mémorise facilement.

L’autre particularité de ce modèle, ce sont bien sûr ses boutons : 5 pour fermer le col et un sur le poignet de chaque mitaine. Pour créer un ensemble tout à fait chic !

Pour tricoter cet ensemble, composé d’un col et d’une paire de mitaines, deux écheveaux de Rios suffisent, ou 380 mètres de laine DK/worsted. Le coloris que j’ai choisi est Pines, un beau vert forêt, pas si facile que ça à prendre en photo.

Pour fêter la sortie de ce modèle, je vous offre 20% de réduction jusqu’au 20 janvier !

 

Col et mitaines Tartanesque

Il y a quelques jours sont sorties les mitaines et aujourd’hui sort le col Tartanesque.

Comme leur nom l’indique, il rejoignent les autres modèles Tartanesque, à savoir le gilet pour homme, le gilet pour enfant et les chaussettes.

Comme ces modèles, le col et les mitaines reprennent le motif « tartanesque ». Pour le col, ce motif est même proposé en deux versions.Celui de gauche reprend le motif tel que créé pour les gilets et celui de droite, le motif des chaussettes et des mitaines.

Les mitaines et le col se tricotent en laine DK. J’ai utilisé trois fils différents de (Vi)laines pour mes prototypes:

  • de la Tordues DK pour les mitaines, en coloris « La mère déchaînée »
  • des Faces Bleues DK pour le col de droite, aussi en coloris « La mère déchaînée »
  • et des Starlettes & soie DK pour le col de gauche, en coloris « Trouver l’écharpe du rouge-gorge »

Ce dernier fil est très doux, grâce à la soie qu’il contient, et sa belle couleur est encore rehaussée par le brillant du fil de stellina.

Les mitaines existent en 3 tailles : S, M et L. La taille S peut convenir à un enfant.

Le col est disponible en 2 tailles : enfant et adulte.

Ces modèles sont mixtes, ils peuvent aller aussi bien à un homme qu’à une femme.

Le bas du col a des augmentations de chaque côté afin de bien envelopper les épaules, pour un cou vraiment bien au chaud ! Il est hyper confortable à porter.

Quelle version préférez-vous?

Ce motif « tartanesque » me plaît tellement que j’ai déjà d’autres modèles en test où le décliner. Et vous, sur quoi le verriez-vous ?

En attendant ces futurs modèles, tous les modèles Tartanesque déjà sortis sont à -20% jusqu’au 10 novembre sur ma boutique Ravelry !

Aiguebrun

Aujourd’hui, ce n’est pas un modèle, mais quatre qui sortent en même temps !

Ou plutôt quatre déclinaisons d’un même modèle, le boléro Aiguebrun.

Aiguebrun est un petit gilet court, ou boléro, disponible en tailles enfant et adulte, et en deux grosseurs de fil différentes.

Voici la version enfant en laine Bulky:

Elle a été réalisée en Intrépides Bulky de (Vi)laines, dans le coloris « Cétacé », un superbe bleu grisé parsemé de touches de couleurs bleues et brunes.

Je me suis fait la version Bulky adulte dans la même laine et le même coloris:

Si la Bulky est trop grosse pour vous, il y a aussi les versions en laine Aran :

Celle-ci a été faite en Tordues Aran, toujours de (Vi)laines, dans le coloris « Diabolo grenadine ».

Et pour moi, j’ai choisi la Malouines&soie Aran, coloris « Trouver l’écharpe du rouge-gorge ». Comme ce fil contient de la soie, il est très doux et la couleur est lumineuse.

Les deux versions enfant sont disponibles en tailles 2 ans à 14 ans. Les versions adulte vont du XS au 3XL. La taille est déterminée en fonction de la mesure de la largeur du dos ; celle-ci va de 36 à 48 cm environ.

Ce petit gilet se tricote en commençant par l’encolure, tricotée au point de riz. le raglan est formé par des augmentations originales, qui donnent leur nom au modèle. On sépare ensuite les manches du corps. Sur ce dernier, après quelques cm en jersey endroit, on fait une série d’augmentations, qui crée un effet légèrement volanté. On termine par une bordure au point de riz. Sur les manches aussi, une augmentation est faite en rappel.

Aiguebrun est boutonné par un seul bouton à l’encolure.

Les versions Bulky se tricotent aux aiguilles 6 et 7 mm ; les versions Aran aux aiguilles 4,5 et 5 mm.

Comme Aiguebrun est court, tous ces projets sont rapides à faire et ne nécessitent pas une grande quantité de fil. Pour la version Bulky pour fille, il vous faudra entre 150 et 350 mètres de laine. Pour la version Aran pour femmes, entre 390 et 550 mètres seulement.

Il se porte sur un chemisier, un tee-shirt à manches longues (ou courtes, selon la saison).

Il doit son nom à ses augmentations originales, qui évoquent pour moi les ponts à coquille que l’on peut voir le long de l’Aiguebrun, une rivière qui traverse le Luberon.

http://luberon.fr/tourisme/les-sites-touristiques/monuments/annu+pont-a-coquille+4070.html

 Pour acheter ces modèles, retrouvez-les sur Ravelry ou sur Payhip. Ils sont à -20 % jusqu’au 20 octobre (avec le code code « AIGUEBRUN » sur Payhip).

Ma nouvelle marinière

J’ai toujours aimé avoir une ou deux marinières dans mon armoire ; c’est facile à porter, quelles que soient les circonstances.

Comme je n’en avais plus, je me suis dit que j’allais m’en faire. Je me suis alors souvenue de ce modèle présenté dans un vieux hors série du magazine Coudre c’est facile, le hors série n° 3. Je n’arrive pas à trouver la date de publication, mais ça fait quelques années que j’ai ce numéro chez moi, que j’ai déjà utilisé pour des réalisations destinées à mes enfants.

Voici la page présentant ce modèle :

(Le sac panier me tente bien aussi…)

Et voici ma marinière :

Ce qui me plaisait dans ce modèle, c’était ses épaules qui se superposent et le biais en liberty sur l’encolure, qui en fait tout le charme.

Mais j’ai apporté un certain nombre de modifications:

  • j’ai fortement raccourci, puisque le modèle présenté est une robe et que je voulais un tee-shirt.
  • j’ai creusé l’encolure devant, car elle était vraiment trop près du cou. Pour ce faire, je me suis inspirée du patron James de l’Atelier Scammit, que j’ai cousu ce printemps pour ma fille (je crois que je ne vous ai pas montré le résultat). Les tailles vont jusqu’au 13 ans et cette dernière taille est assez proche, en hauteur (mais pas en largeur) de la taille M de ma marinière. Et l’encolure y est bien plus creusée. J’ai donc rapproché les deux patrons pour retailler celui de Coudre c’est facile. Et maintenant, je la trouve parfaite.
  • je n’ai pas utilisé de thermocollant à l’encolure, car le biais en liberty, donc en tissé, n’est pas extensible et suffit ainsi à maintenir l’ensemble.

Mais j’ai bien utilisé du liberty, parce que ça me plaisait vraiment. J’en ai choisi un qui à la fois tranche avec le tissu principal, mais où on retrouve le rouge des rayures. C’est le Mitsi A.

Au final, je suis très contente de ma marinière et j’ai bien envie de m’en faire une autre. La taille M me va parfaitement, notamment aux épaules. Ceci dit, ce n’est pas un modèle pour tout le monde, car il n’y a que deux tailles, M et L, indiquées pour des tours de poitrine de 90 ou 94. Si vous avez les épaules un peu larges, vous risquez d’être à l’étroit.

In the mood for summer

Etes-vous d’humeur estivale ? Sentez-vous monter cette envie d’été ?

C’est en pensant à l’été qui allait venir – mais aussi à un film que j’adore – que j’ai créé ce modèle estival.

Tout est parti du fil : la Champêtre fing de (Vi)laines, en coloris « La ceinture de Wangari ». J’ai déjà tricoté ce fil l’été dernier, pour mon prototype du Ressac top. Il est composé de 50% d’alpaga, de 25% de soie et de 25% de lin. Une association qui peut laisser perplexe sur le papier, mais qui est tout simplement géniale. C’est un régal à tricoter et encore plus à porter. La soie et le lin en font un fil idéal pour l’été, léger et fin, tandis que l’alpaga lui apporte de la douceur. De quoi le porter directement sur la peau pour une sensation très agréable.

La couleur quant à elle, est superbe. Vous savez déjà à quel point j’aime les couleurs de Marion. La ceinture de Wangari est un vert lumineux, ni trop clair, ni trop foncé, avec de très légères nuances. Il s’accorde à merveille avec la Champêtre.

Concernant le modèle, il est simple à tricoter, mais des petits détails viennent l’agrémenter. Il se tricote de haut en bas, d’abord en aller-retour pour former l’ouverture de l’encolure, puis en rond. Le bas du corps et des manches courtes sont ornés d’une dentelle tout simple, puis d’une bordure en icord. L’encolure et le bord de l’ouverture sont enfin finis avec un icord, qui permet aussi de créer 3 boutonnières.

Pour les tailles, il y en a 9, du XS au 3XL. Ce top se porte avec une aisance négative, il faut donc choisir une taille avec un tour de poitrine inférieur au vôtre (le tableau des mesures vous aidera à trouver la bonne taille).

Il se tricote en fil fingering. Je vous conseillerais soit le fil que j’ai utilisé, soit un fil qui contient au moins en partie du lin et/ou de la soie, pour un joli drapé et qu’il soit agréable à porter l’été.

En fonction de la taille, il vous en faudra entre 650 et 1200 mètres. Il vous faudra aussi 3 boutons et des aiguilles circulaires de 3 mm.

Pour célébrer la sortie de ce modèle (et l’arrivée de l’été !), je vous offre 25% de réduction sur ce modèle et mes autres modèles estivaux jusqu’au 21 juin.

Pour acheter ce modèle :

Pour retrouver la sélection des modèles estivaux, c’est ici.

J’ai hâte que les températures remontent pour le mettre vraiment !

Avez-vous reconnu quel film m’a inspirée ?

 

Vic comme victoire !

Lorsque ce nouveau patron de veste est sorti chez Ikatee, j’ai craqué et je l’ai acheté.

J’ai aussi craqué pour leur gaze matelassée, dans le coloris paon, et je suis vraiment très contente d’avoir fait ce choix. Elle se coud très bien et le rendu me plaît beaucoup. J’ai l’impression qu’elle est aussi très agréable à porter. Comme elle est réversible, elle est tout à fait adaptée à un modèle de veste sans doublure, comme celui-ci.

Concernant le patron, j’ai choisi la version B, longueur mi-hanche, taille 38. Je trouve que c’est la bonne dimension pour moi. Les manches sont assez étroites. Ce n’est pas gênant si on compte porter cette veste sur un chemisier ou un tee-shirt, mais on ne peut pas mettre d’épaisseur supplémentaire.

Sinon, tout était clair et bien expliqué, je n’ai rencontré aucune difficulté (je n’ai pas consulté la vidéo). Etant donné le tissu que j’avais choisi, j’ai juste pris soin de surfiler tous les bords avant de les coudre. J’ai aussi fait une petite modification au niveau de la parmenture en faisant une surpiqûre qui suit le bord de la parementure (en faisant un rentré sur le bord de cette parementure, pour un rendu plus net). De ce fait, la surpiqûre n’est pas toujours à la même distance du bord, mais je trouve que cela crée un joli arrondi au niveau de l’encolure devant.

Je suis en outre très contente du tissu que j’ai trouvé (dans mon stock !) pour cette parementure. Non seulement il s’accorde parfaitement au tissu principal, grâce à certains triangles qui sont exactement de la même couleur, mais il apporte aussi une petite touche moderne à un modèle qui aurait pu sembler un peu sage…

Les boutons aussi ont été trouvés dans le stock. On ne les voit pas bien sur ces photos, mais ils ont des reflets très proches de la couleur du tissu.

Le patron de veste Vic existe aussi en tailles enfant et j’aimerais beaucoup en coudre une pour ma fille, mais elle n’est pas tentée pour l’instant. Peut-être qu’à force de me voir porter la mienne, elle changera d’avis… Pour ma part, je retenterais bien cette veste dans une autre matière, à moins que je ne la refasse dans un matelassé d’une autre couleur…