Archives pour la catégorie modèles

Ligeia

Je vous présente aujourd’hui mon dernier modèle de châle : Ligeia.

Ligeia tire son nom de la nymphe Ligée (ou Ligeia), une des Néréïdes, les filles du dieu marin Nérée.

Lorsqu’au printemps dernier Angélique de The Woolly Skein a sorti un nouveau coloris, qu’elle a appelé « Genesis », j’ai aussitôt craqué et j’ai eu l’idée d’en faire un châle. C’est un bleu grisé agrémenté de tâches de couleur (speckles) bleu plus foncé, vert et brun. J’ai choisi la qualité Single Lady, un fil single, en fingering.

Ce châle se tricote en commençant par la pointe et en faisant des augmentations d’un seul côté. Il forme un grand triangle de 142 x 98 cm.

Sur le bord qui est tricoté droit, un motif de dentelle se déploie peu à peu et se poursuit sur toute la hauteur. Le reste est tricoté au point mousse.

Pour le réaliser, il vous faut deux écheveaux ou environ 720 mètres de fil fingering.

Pour fêter sa sortie, il y a 20% de réduction sur ce modèle jusqu’au 23 novembre, sur <a href= »http://<a href= »http://www.ravelry.com/purchase/atelierdesglenettes/738770″>buy nowRavelry et Payhip, avec le code « ligeia » !

Marque-page

Aujourd’hui c’est au tour d’un patron de chaussettes de sortir.

Les chaussettes Marque-page sont des chaussettes féminines, ornées d’un délicat motif fait de mailles torses et de fausses torsades qui se déroule sur le dessus du pied et la cheville.

Une autre version de ce motif est proposée sur l’arrière de la cheville.

Ces deux motifs sont expliqués par diagrammes. Ils sont vraiment simples à réaliser, pour un résultat très élégant.

Ces chaussettes se tricotent en partant des orteils, avec un gousset et un talon renforcé.

Vous me connaissez, Je ne conçois pas un modèle de chaussettes en taille unique ! Ces chaussettes Marque-page sont donc disponibles dans un grand nombre de tailles, qui peuvent convenir aussi bien aux enfants qu’aux adultes. Vous aurez le choix entre 7 largeurs de pied et 21 pointures (du 25 au 45).

Pour les tricoter, il vous faudra entre 150 et 400 mètres de laine fingering à chaussettes. J’ai choisi les Chaussettes fing de (Vi)laines dans le coloris « Provision de bisous », un rose pâle moucheté de brun et de roses plus foncés. De quoi avoir de jolies chaussettes un brin girly, mais tout en délicatesse…

Aujourd’hui (9 septembre), jour de leur sortie, ces chaussettes sont gratuites !!! Ensuite, elles bénéficient de la promotion en cours sur tous mes modèles de 30% jusqu’au 12 septembre sur <a href="http://<a href="http://www.ravelry.com/purchase/atelierdesglenettes/721494">buy nowRavelry.

Les mitaines Ricochets

L’automne arrive… il est temps de se tricoter une petite paire de mitaines !

Après les chaussettes, je vous propose les mitaines Ricochets ! Elles reprennent le même motif, fait de lignes de mailles glissées qui s’entrecroisent.

Ces mitaines sont disponibles en 4 tailles : S, M, L et XL. Elles mesurent de 7.5 à 9.5 cm de large et de 20 à 24 cm de long. Elles conviennent à toute la famille : enfants, femmes et hommes. N’hésitez pas à en faire plusieurs paires !

Comme les chaussettes, elles se tricotent en fil fingering. Vous pouvez ainsi utiliser le même fil que pour les chaussettes et avoir un ensemble coordonné. Ou pas !

J’ai tricoté les miennes en fil Chaussettes fing de (Vi)laines, dans le coloris « Chapardises dans les verger ». Un coloris que j’adore – alors qu’il est rose, avec des touches de violet et d’orange !

Elles se tricotent en commençant par le poignet et en formant le pouce par une série d’augmentations. Le motif est expliqué par diagramme, avec une grille par taille.

A l’occasion de ma semaine anniversaire, ce modèle est gratuit le 7 septembre, puis à -30% de réduction jusqu’au 12 septembre sur <a href="http://<a href="http://www.ravelry.com/purchase/atelierdesglenettes/721049">buy nowRavelry.

Tabarka

Tabarka est un joli petit haut pour filles, ou « crop top » comme on dit en anglais !

Il est parfait pour l’été, pour passer une journée en bord de mer ou bien pour rester sommeiller à l’ombre pendant les chaudes journées.

Tabarka est une ville côtière du nord de la Tunisie, une jolie baie protégée par un fort génois. C’est une station balnéaire prisée des Tunisiens, mais encore peu fréquentée par les touristes.

Je vous propose ce modèle de top en deux versions : à rayures comme ci-dessus, ou bien avec des petits trous :

Il se tricote en une seule pièce, du bas vers le haut, en coton fingering. J’ai fait mes deux prototypes en Fair coton de Katia, un fil doux et facile à tricoter, qui est de plus vendu par la mercière la plus proche de chez moi.

Le top est fini par un icord, qui vient aussi former les liens pour l’attacher. Il y a deux façons de le fermer dans le dos:

Peut-être en trouverez-vous une troisième ?

Ce top est disponible en 11 tailles, du 2 au 12 ans. Il est parfaitement ajustable : on monte les mailles en fonction du tour de poitrine, puis on tricote la longueur en fonction de la taille de l’enfant. Il vaut mieux choisir une taille inférieure au tour de poitrine réel, afin que les deux pans du dos ne se chevauchent pas.

En fonction de la version choisie et de la taille, il vous faudra entre 180 et 420 mètres de coton fingering.

Il se tricote aux aiguilles 3 mm.

Jusqu’au 20 juillet Tabarka est à -20% sur <a href="http://<a href="http://www.ravelry.com/purchase/atelierdesglenettes/709344">buy nowRavelry et sur Payhip avec le code « tabarka ».

Ricochets

Comme une pierre que l’on jette

Dans l’eau vive d’un ruisseau

Et qui laisse derrière elle

Des milliers de ronds dans l’eau…

Pendant tout le temps où j’ai créé et tricoté ces chaussettes, j’ai eu ces quelques paroles d’une chanson de Michel Legrand dans la tête…

Voici donc les chaussettes Ricochets !

Ce sont des chaussettes mixtes, aussi bien pour femmes que pour hommes. Et leur grand nombre de tailles leur permet d’être tricotées pour des enfants ou des adultes.

Les chaussettes Ricochets comportent un panneau de mailles glissées qui s’entrecroisent et s’entrelacent comme des ronds dans l’eau. Ce motif est beaucoup plus simple à réaliser qu’il n’y parait. Il est expliqué par diagramme, différent pour chaque taille.

Elles se tricotent en commençant par les orteils, avec un gousset et un talon renforcé.

Le modèle est disponible dans un grand nombre de largeurs et de pointures :
2XS/XS (S/M/L/XL/2XL), en fonction de la largeur du pied : 16/18 (20/22/24/26/28) cm de circonférence. Les tailles 2XS et XS conviennent aux enfants.
21 pointures : 25, 26, 27, 28, 29, 30, 31, 32, 33, 34, 35, 36, 37, 38, 39, 40, 41, 42, 43, 44, 45.

Il vous faudra de la laine à chaussettes fingering, soit environ 150/200 (250/300/350/375/400) mètres.

Jusqu’au 23 juin, vous bénéficiez de 20% de réduction sur ce modèle en l’achetant sur Ravelry ou sur Payhip, avec le code « RICOCHETS ».

Primevere

Le printemps arrive ! Et avec lui, les petites fleurs, les oiseaux qui chantent… et les petites chaussettes en dentelle !

C’est dans cet esprit que j’ai créé mon dernier modèle de chaussettes: Primevere.

La primevère, c’est bien sûr une des premières fleurs qui fleurit au printemps, mais « primevere » (sans accent) c’est aussi ainsi que l’on appelait le printemps en ancien français.

Ces chaussettes m’ont aussi été inspirées par le kit chaussettes lancé par Le chat qui tricote à l’automne dernier. J’ai craqué sur le kit « Martin pêcheur et turquoise » et j’ai tout de suite imaginé une paire de chaussettes très printanières, plutôt courtes et avec de la dentelle.

Quelques semaines (de réflexion, de calculs, d’essais, de tricot, d’écriture et de test) plus tard, je peux enfin vous présenter les chaussettes Primevere !

Comme beaucoup de mes modèles de chaussettes, elles sont disponibles en plusieurs tailles, dont la plus petite peut convenir aux enfants. Il y a exactement 4 tailles pour la largeur du pied et 21 pointures, du 25 au 45.

Par ailleurs, vous avez le choix entre un talon avec gousset et talon renforcé, et un talon « après-coup ». Les deux sont expliqués dans le modèle.

La dentelle est tricotée sur la cheville. Elle est expliquée par diagramme et n’est pas bien compliquée.

Les chaussettes se terminent enfin par une bordure en… dents de chat ! Il fallait bien ça, non ?

J’aime beaucoup ces chaussettes en bicolore, mais j’ai voulu les tester en uni, et elles me plaisent tout autant :

Pour celles-ci, j’ai choisi le fil Félicette, toujours du Chat qui tricote, en coloris « Terre de Sienne or ». C’est le même fil qui compose les kits chaussettes.

Alors, vous préférez uni ou bicolore ?

Jusqu’au 4 avril, Primevere est à -20 % sur Ravelry !

Espejos

Voici mon premier modèle de 2021 !

ESPEJOS

Et j’en suis d’autant plus fière qu’il s’agit d’une collaboration avec les laines Malabrigo !

Pour ce projet, j’ai choisi leur fil Rios, un de leurs plus connus. Il est rond, doux, très agréable à tricoter et parfait pour un projet avec des torsades.

Et justement j’avais envie de torsades ! Il n’y en a pas beaucoup dans mes modèles et pourtant j’aime les torsades…

J’en ai donc mis tout autour de ce col et sur le dessus des mitaines. Il s’agit ici de torsades qui se déplacent sur le tricot, s’éloignant puis se rejoignant tour à tour, créant ainsi un effet de mouvement, ou bien une série de petits miroirs. Mais pas de peur à avoir, ces torsades ne sont vraiment pas difficiles et on les mémorise facilement.

L’autre particularité de ce modèle, ce sont bien sûr ses boutons : 5 pour fermer le col et un sur le poignet de chaque mitaine. Pour créer un ensemble tout à fait chic !

Pour tricoter cet ensemble, composé d’un col et d’une paire de mitaines, deux écheveaux de Rios suffisent, ou 380 mètres de laine DK/worsted. Le coloris que j’ai choisi est Pines, un beau vert forêt, pas si facile que ça à prendre en photo.

Pour fêter la sortie de ce modèle, je vous offre 20% de réduction jusqu’au 20 janvier !

 

Col et mitaines Tartanesque

Il y a quelques jours sont sorties les mitaines et aujourd’hui sort le col Tartanesque.

Comme leur nom l’indique, il rejoignent les autres modèles Tartanesque, à savoir le gilet pour homme, le gilet pour enfant et les chaussettes.

Comme ces modèles, le col et les mitaines reprennent le motif « tartanesque ». Pour le col, ce motif est même proposé en deux versions.Celui de gauche reprend le motif tel que créé pour les gilets et celui de droite, le motif des chaussettes et des mitaines.

Les mitaines et le col se tricotent en laine DK. J’ai utilisé trois fils différents de (Vi)laines pour mes prototypes:

  • de la Tordues DK pour les mitaines, en coloris « La mère déchaînée »
  • des Faces Bleues DK pour le col de droite, aussi en coloris « La mère déchaînée »
  • et des Starlettes & soie DK pour le col de gauche, en coloris « Trouver l’écharpe du rouge-gorge »

Ce dernier fil est très doux, grâce à la soie qu’il contient, et sa belle couleur est encore rehaussée par le brillant du fil de stellina.

Les mitaines existent en 3 tailles : S, M et L. La taille S peut convenir à un enfant.

Le col est disponible en 2 tailles : enfant et adulte.

Ces modèles sont mixtes, ils peuvent aller aussi bien à un homme qu’à une femme.

Le bas du col a des augmentations de chaque côté afin de bien envelopper les épaules, pour un cou vraiment bien au chaud ! Il est hyper confortable à porter.

Quelle version préférez-vous?

Ce motif « tartanesque » me plaît tellement que j’ai déjà d’autres modèles en test où le décliner. Et vous, sur quoi le verriez-vous ?

En attendant ces futurs modèles, tous les modèles Tartanesque déjà sortis sont à -20% jusqu’au 10 novembre sur ma boutique Ravelry !

Aiguebrun

Aujourd’hui, ce n’est pas un modèle, mais quatre qui sortent en même temps !

Ou plutôt quatre déclinaisons d’un même modèle, le boléro Aiguebrun.

Aiguebrun est un petit gilet court, ou boléro, disponible en tailles enfant et adulte, et en deux grosseurs de fil différentes.

Voici la version enfant en laine Bulky:

Elle a été réalisée en Intrépides Bulky de (Vi)laines, dans le coloris « Cétacé », un superbe bleu grisé parsemé de touches de couleurs bleues et brunes.

Je me suis fait la version Bulky adulte dans la même laine et le même coloris:

Si la Bulky est trop grosse pour vous, il y a aussi les versions en laine Aran :

Celle-ci a été faite en Tordues Aran, toujours de (Vi)laines, dans le coloris « Diabolo grenadine ».

Et pour moi, j’ai choisi la Malouines&soie Aran, coloris « Trouver l’écharpe du rouge-gorge ». Comme ce fil contient de la soie, il est très doux et la couleur est lumineuse.

Les deux versions enfant sont disponibles en tailles 2 ans à 14 ans. Les versions adulte vont du XS au 3XL. La taille est déterminée en fonction de la mesure de la largeur du dos ; celle-ci va de 36 à 48 cm environ.

Ce petit gilet se tricote en commençant par l’encolure, tricotée au point de riz. le raglan est formé par des augmentations originales, qui donnent leur nom au modèle. On sépare ensuite les manches du corps. Sur ce dernier, après quelques cm en jersey endroit, on fait une série d’augmentations, qui crée un effet légèrement volanté. On termine par une bordure au point de riz. Sur les manches aussi, une augmentation est faite en rappel.

Aiguebrun est boutonné par un seul bouton à l’encolure.

Les versions Bulky se tricotent aux aiguilles 6 et 7 mm ; les versions Aran aux aiguilles 4,5 et 5 mm.

Comme Aiguebrun est court, tous ces projets sont rapides à faire et ne nécessitent pas une grande quantité de fil. Pour la version Bulky pour fille, il vous faudra entre 150 et 350 mètres de laine. Pour la version Aran pour femmes, entre 390 et 550 mètres seulement.

Il se porte sur un chemisier, un tee-shirt à manches longues (ou courtes, selon la saison).

Il doit son nom à ses augmentations originales, qui évoquent pour moi les ponts à coquille que l’on peut voir le long de l’Aiguebrun, une rivière qui traverse le Luberon.

http://luberon.fr/tourisme/les-sites-touristiques/monuments/annu+pont-a-coquille+4070.html

 Pour acheter ces modèles, retrouvez-les sur Ravelry ou sur Payhip. Ils sont à -20 % jusqu’au 20 octobre (avec le code code « AIGUEBRUN » sur Payhip).

Epeautre

J’espère que vous aimerez mon dernier modèle de pull pour femmes autant que moi !

Il est confortable,

ample,

décontracté,

léger,

aéré,

facile à vivre…

Et un plaisir à réaliser !

Il est presque entièrement en dentelle, mais cela ne doit pas effrayer, car elle est très simple, répétitive et se mémorise facilement. Et c’est justement cette dentelle qui lui donne toute sa légèreté.

On commence par l’encolure, une large bande au point mousse qui se tricote en aller-retour pour créer une petite ouverture sur le devant.

Puis on tricote en rond pour former le « yoke » ou empiècement arrondi, avant de séparer les manches et le corps. Ceux-ci se travaillent en rond également et se terminent par une nouvelle bande de point mousse.

La longueur des manches se situe entre le 3/4 et le poignet, mais il est très facile d’ajuster la longueur à sa convenance.

L’essentiel (c’est-à-dire toute la partie en dentelle) se tricote aux aiguilles 4.5 mm, ce qui en fait un tricot assez rapide.

En ce qui concerne les tailles, le pull est proposé dans les tailles XS, S, M, ML, L, XL, 2XL, 3XL. Il se porte avec une aisance positive d’au moins 12 cm. Le tour de buste du pull fini allant de 96 à 138 cm, cela signifie qu’il convient pour les tours de poitrine de 80 à 126 cm environ, ou même davantage si vous souhaitez un pull plus ajusté.

J’ai tricoté mon prototype en Champêtres DK de (Vi)laines. J’avais déjà tricoté la version fingering de ce fil (pour mon Ressac top et plus récemment pour le top sorti en juin dernier, In the mood for summer) et je l’avais tellement appréciée, que lorsque j’ai vu qu’une version DK existait aussi, j’ai voulu la tester. Comme pour la fingering, ce fil est à la fois doux (grâce à l’alpaga et à la soie) et un peu rustique (grâce au lin). Bien que DK, il est très léger et souple.

Je vous conseille de choisir un fil assez léger, pour ne pas alourdir votre pull et risquer qu’il s’allonge au blocage.

Le pull parfait pour se relaxer !

Je ne vous ai pas encore donné son nom ! Il s’appelle Epeautre. J’ai eu du mal à lui trouver un nom – en fait, j’en avais trouvé un, mais c’est un mot qui a plusieurs significations en fonction des contextes et l’une d’elles ne me convenait pas. Aussi j’ai lancé un appel aux propositions sur Instagram (vous saviez que j’avais un compte Instagram ? – n’hésitez pas à m’y suivre !) et l’une d’elles a retenu mon attention. L’épeautre, ou plus exactement le petit épeautre de Provence, est une céréale de ma région, que j’aime beaucoup cuisiner, en accompagnement, en salade ou en soupe. On en fait aussi de la farine pour faire du pain. C’est une céréale rustique, qui se cultive sur les plateaux de la Provence intérieure, comme le plateau de Sault, la Provence rude et profonde du Vaucluse et des Alpes de Haute-Provence. J’ai trouvé que ce nom lui allait très bien.

A l’occasion de sa sortie, ce modèle est à -20% sur Ravelry : ou sur Payhip.