Archives pour la catégorie tricot

Primevere

Le printemps arrive ! Et avec lui, les petites fleurs, les oiseaux qui chantent… et les petites chaussettes en dentelle !

C’est dans cet esprit que j’ai créé mon dernier modèle de chaussettes: Primevere.

La primevère, c’est bien sûr une des premières fleurs qui fleurit au printemps, mais « primevere » (sans accent) c’est aussi ainsi que l’on appelait le printemps en ancien français.

Ces chaussettes m’ont aussi été inspirées par le kit chaussettes lancé par Le chat qui tricote à l’automne dernier. J’ai craqué sur le kit « Martin pêcheur et turquoise » et j’ai tout de suite imaginé une paire de chaussettes très printanières, plutôt courtes et avec de la dentelle.

Quelques semaines (de réflexion, de calculs, d’essais, de tricot, d’écriture et de test) plus tard, je peux enfin vous présenter les chaussettes Primevere !

Comme beaucoup de mes modèles de chaussettes, elles sont disponibles en plusieurs tailles, dont la plus petite peut convenir aux enfants. Il y a exactement 4 tailles pour la largeur du pied et 21 pointures, du 25 au 45.

Par ailleurs, vous avez le choix entre un talon avec gousset et talon renforcé, et un talon « après-coup ». Les deux sont expliqués dans le modèle.

La dentelle est tricotée sur la cheville. Elle est expliquée par diagramme et n’est pas bien compliquée.

Les chaussettes se terminent enfin par une bordure en… dents de chat ! Il fallait bien ça, non ?

J’aime beaucoup ces chaussettes en bicolore, mais j’ai voulu les tester en uni, et elles me plaisent tout autant :

Pour celles-ci, j’ai choisi le fil Félicette, toujours du Chat qui tricote, en coloris « Terre de Sienne or ». C’est le même fil qui compose les kits chaussettes.

Alors, vous préférez uni ou bicolore ?

Jusqu’au 4 avril, Primevere est à -20 % sur Ravelry !

Espejos

Voici mon premier modèle de 2021 !

ESPEJOS

Et j’en suis d’autant plus fière qu’il s’agit d’une collaboration avec les laines Malabrigo !

Pour ce projet, j’ai choisi leur fil Rios, un de leurs plus connus. Il est rond, doux, très agréable à tricoter et parfait pour un projet avec des torsades.

Et justement j’avais envie de torsades ! Il n’y en a pas beaucoup dans mes modèles et pourtant j’aime les torsades…

J’en ai donc mis tout autour de ce col et sur le dessus des mitaines. Il s’agit ici de torsades qui se déplacent sur le tricot, s’éloignant puis se rejoignant tour à tour, créant ainsi un effet de mouvement, ou bien une série de petits miroirs. Mais pas de peur à avoir, ces torsades ne sont vraiment pas difficiles et on les mémorise facilement.

L’autre particularité de ce modèle, ce sont bien sûr ses boutons : 5 pour fermer le col et un sur le poignet de chaque mitaine. Pour créer un ensemble tout à fait chic !

Pour tricoter cet ensemble, composé d’un col et d’une paire de mitaines, deux écheveaux de Rios suffisent, ou 380 mètres de laine DK/worsted. Le coloris que j’ai choisi est Pines, un beau vert forêt, pas si facile que ça à prendre en photo.

Pour fêter la sortie de ce modèle, je vous offre 20% de réduction jusqu’au 20 janvier !

 

Chaussettes de luxe

Avant que ne se termine l’année 2020, j’ai tricoté, pour les offrir, les Snuggle socks de Maxim Cyr. Il est assez rare que je tricote d’autres modèles que les miens. Il y a pourtant de très belles choses et beaucoup me font envie, mais le temps me manque déjà pour réaliser tous les projets que j’ai en tête…

Seulement là, le modèle correspondait exactement au cadeau que je voulais faire.

Ce sont des chaussettes épaisses, tricotées en DK et doublées, à porter plutôt comme des chaussons-chaussettes pour cocooner à la maison. Et ce sont d’ailleurs de vrais cocons…

On les commence par les orteils et la chaussettes « extérieure ». J’ai tricoté cette partie en Merino DK de The Uncommon Thread, dans les coloris Orion et Robin’s Egg, deux couleurs que j’adore.

Une fois arrivé en haut de cette première chaussette, on tricote à la suite la chaussette intérieure. Et là attention, c’est du mohair et soie (ici, j’ai tricoté le fil Poilues de (Vi)laines, en coloris Gober l’oeuf bleu d’une caille), autant dire que c’est d’une douceur incroyable.

Il n’y a plus qu’à insérer la doublure dans la chaussette extérieure. Je vous préviens : le fait de glisser la main dans la chaussette provoquera à coup sûr une sensation de bien-être absolu !

Entre le mérinos à l’extérieur et le mohair et soie à l’intérieur, ces chaussettes sont vraiment des chaussettes de luxe ! C’est doux, c’est chaud, c’est moelleux…

Le patron est bien expliqué et facile à suivre – même si la typographie est trop changeante à mon goût. Mais j’ai dû raccourcir les pieds et les mollets, et de 4 bons centimètres pour les pieds ! Deux tailles en largeur sont prévues pour ce modèle, mais une seule pour la longueur. Le problème est surtout que cette taille n’est pas indiquée. A quelle pointure correspondent les explications ? Je n’ai pas trouvé l’information, mais il s’agit assurément d’une taille assez grande, voire d’un pied d’homme (?). Je trouve vraiment dommage que cette indication ne figure pas et que plusieurs pointures ne soient pas prévues.

Mis à part ce bémol, c’est un modèle très sympa à faire et, j’imagine, encore plus à porter. Hélas, je ne les ai pas faites pour moi, mais au vu des températures actuelles, je me tâte pour m’en faire une paire…

Col et mitaines Tartanesque

Il y a quelques jours sont sorties les mitaines et aujourd’hui sort le col Tartanesque.

Comme leur nom l’indique, il rejoignent les autres modèles Tartanesque, à savoir le gilet pour homme, le gilet pour enfant et les chaussettes.

Comme ces modèles, le col et les mitaines reprennent le motif « tartanesque ». Pour le col, ce motif est même proposé en deux versions.Celui de gauche reprend le motif tel que créé pour les gilets et celui de droite, le motif des chaussettes et des mitaines.

Les mitaines et le col se tricotent en laine DK. J’ai utilisé trois fils différents de (Vi)laines pour mes prototypes:

  • de la Tordues DK pour les mitaines, en coloris « La mère déchaînée »
  • des Faces Bleues DK pour le col de droite, aussi en coloris « La mère déchaînée »
  • et des Starlettes & soie DK pour le col de gauche, en coloris « Trouver l’écharpe du rouge-gorge »

Ce dernier fil est très doux, grâce à la soie qu’il contient, et sa belle couleur est encore rehaussée par le brillant du fil de stellina.

Les mitaines existent en 3 tailles : S, M et L. La taille S peut convenir à un enfant.

Le col est disponible en 2 tailles : enfant et adulte.

Ces modèles sont mixtes, ils peuvent aller aussi bien à un homme qu’à une femme.

Le bas du col a des augmentations de chaque côté afin de bien envelopper les épaules, pour un cou vraiment bien au chaud ! Il est hyper confortable à porter.

Quelle version préférez-vous?

Ce motif « tartanesque » me plaît tellement que j’ai déjà d’autres modèles en test où le décliner. Et vous, sur quoi le verriez-vous ?

En attendant ces futurs modèles, tous les modèles Tartanesque déjà sortis sont à -20% jusqu’au 10 novembre sur ma boutique Ravelry !

Aiguebrun

Aujourd’hui, ce n’est pas un modèle, mais quatre qui sortent en même temps !

Ou plutôt quatre déclinaisons d’un même modèle, le boléro Aiguebrun.

Aiguebrun est un petit gilet court, ou boléro, disponible en tailles enfant et adulte, et en deux grosseurs de fil différentes.

Voici la version enfant en laine Bulky:

Elle a été réalisée en Intrépides Bulky de (Vi)laines, dans le coloris « Cétacé », un superbe bleu grisé parsemé de touches de couleurs bleues et brunes.

Je me suis fait la version Bulky adulte dans la même laine et le même coloris:

Si la Bulky est trop grosse pour vous, il y a aussi les versions en laine Aran :

Celle-ci a été faite en Tordues Aran, toujours de (Vi)laines, dans le coloris « Diabolo grenadine ».

Et pour moi, j’ai choisi la Malouines&soie Aran, coloris « Trouver l’écharpe du rouge-gorge ». Comme ce fil contient de la soie, il est très doux et la couleur est lumineuse.

Les deux versions enfant sont disponibles en tailles 2 ans à 14 ans. Les versions adulte vont du XS au 3XL. La taille est déterminée en fonction de la mesure de la largeur du dos ; celle-ci va de 36 à 48 cm environ.

Ce petit gilet se tricote en commençant par l’encolure, tricotée au point de riz. le raglan est formé par des augmentations originales, qui donnent leur nom au modèle. On sépare ensuite les manches du corps. Sur ce dernier, après quelques cm en jersey endroit, on fait une série d’augmentations, qui crée un effet légèrement volanté. On termine par une bordure au point de riz. Sur les manches aussi, une augmentation est faite en rappel.

Aiguebrun est boutonné par un seul bouton à l’encolure.

Les versions Bulky se tricotent aux aiguilles 6 et 7 mm ; les versions Aran aux aiguilles 4,5 et 5 mm.

Comme Aiguebrun est court, tous ces projets sont rapides à faire et ne nécessitent pas une grande quantité de fil. Pour la version Bulky pour fille, il vous faudra entre 150 et 350 mètres de laine. Pour la version Aran pour femmes, entre 390 et 550 mètres seulement.

Il se porte sur un chemisier, un tee-shirt à manches longues (ou courtes, selon la saison).

Il doit son nom à ses augmentations originales, qui évoquent pour moi les ponts à coquille que l’on peut voir le long de l’Aiguebrun, une rivière qui traverse le Luberon.

http://luberon.fr/tourisme/les-sites-touristiques/monuments/annu+pont-a-coquille+4070.html

 Pour acheter ces modèles, retrouvez-les sur Ravelry ou sur Payhip. Ils sont à -20 % jusqu’au 20 octobre (avec le code code « AIGUEBRUN » sur Payhip).

Ma recette de chaussettes

Après le gâteau, je vous donne ma recette pour les chaussettes !

Cet été, au gré de mes déplacements, je me suis tricotée une nouvelle paire de chaussettes. Il me fallait du tricot facile, c’est à dire sans calculs à faire et sans grille à suivre, et facilement transportable. Les chaussettes sont le projet idéal pour cela !

Avec une laine autorayante, ce projet permet en outre de ne pas s’ennuyer et de produire au final de jolies chaussettes !

Alors, voici ma recette:

J’ai utilisé un kit autorayant en Love sock de Les jolies de Milie (malheureusement elle a arrêté la teinture, mais on peut facilement trouver d’autres fils autorayants), composé d’un écheveau autorayant et d’une boulette assortie.

J’ai commencé mes chaussettes par la pointe, les orteils, avec un montage « à la turque » (ou Turkish cast on). Comme j’ai des pieds assez fins et qu’un total de 56 mailles me suffit pour mon tour de pied, j’ai monté 14 mailles, puis augmenté de chaque côté jusqu’à avoir 28 mailles sur chaque aiguille. J’ai fait ce montage et les augmentations dans le fil de la boulette bleu lagon.

Ensuite, je suis passée au fil autorayant et ai tricoté en rond et tout droit. Comme j’ai un petit pied (je chausse du 35 !), à partir de 12,5 cm, j’ai commencé à faire des augmentations de chaque côté du dessous de pied, jusqu’à obtenir 56 mailles pour le dessous. Puis, j’ai repris le fil de la boulette pour former le talon. D’abord le dessous du talon en rangs raccourcis, puis le talon renforcé en oeil de perdrix.

Le motif oeil de perdrix permet d’obtenir un talon vraiment renforcé, tout en étant assez joli. Il est très facile à réaliser. Il suffit de tricoter un rang endroit comme ceci : *1 m. glissée, 1 m. endroit*, puis le rang endroit suivant comme cela : 1 m. glissée, *1 m. glissée, 1 m. endroit*. Et de recommencer.

Une fois le talon terminé, j’ai tricoté à nouveau avec le fil autorayant et en faisant des côtes 2/2 pour la cheville et le mollet. Il ne restait plus qu’à tricoter jusqu’à la hauteur voulue. J’ai fait exprès de m’arrêter à une rayure bleue, que j’ai allongée en reprenant le fil de la boulette.

Il n’y avait alors plus qu’à rabattre les mailles et à tricoter une deuxième chaussette identique ! Cette recette est grosso modo la recette de base que j’utilise dans mes modèles de chaussettes, en l’adaptant bien sûr, en fonction des points utilisés et du résultat voulu.

Le fil autorayant se suffit à lui-même, pas besoin de point spécial ou de fioritures. Et on ne s’ennuie pas pour autant, car l’enchaînement des couleurs rythme le tricot.

Et vous, vous aimez tricoter des chaussettes ?

Epeautre

J’espère que vous aimerez mon dernier modèle de pull pour femmes autant que moi !

Il est confortable,

ample,

décontracté,

léger,

aéré,

facile à vivre…

Et un plaisir à réaliser !

Il est presque entièrement en dentelle, mais cela ne doit pas effrayer, car elle est très simple, répétitive et se mémorise facilement. Et c’est justement cette dentelle qui lui donne toute sa légèreté.

On commence par l’encolure, une large bande au point mousse qui se tricote en aller-retour pour créer une petite ouverture sur le devant.

Puis on tricote en rond pour former le « yoke » ou empiècement arrondi, avant de séparer les manches et le corps. Ceux-ci se travaillent en rond également et se terminent par une nouvelle bande de point mousse.

La longueur des manches se situe entre le 3/4 et le poignet, mais il est très facile d’ajuster la longueur à sa convenance.

L’essentiel (c’est-à-dire toute la partie en dentelle) se tricote aux aiguilles 4.5 mm, ce qui en fait un tricot assez rapide.

En ce qui concerne les tailles, le pull est proposé dans les tailles XS, S, M, ML, L, XL, 2XL, 3XL. Il se porte avec une aisance positive d’au moins 12 cm. Le tour de buste du pull fini allant de 96 à 138 cm, cela signifie qu’il convient pour les tours de poitrine de 80 à 126 cm environ, ou même davantage si vous souhaitez un pull plus ajusté.

J’ai tricoté mon prototype en Champêtres DK de (Vi)laines. J’avais déjà tricoté la version fingering de ce fil (pour mon Ressac top et plus récemment pour le top sorti en juin dernier, In the mood for summer) et je l’avais tellement appréciée, que lorsque j’ai vu qu’une version DK existait aussi, j’ai voulu la tester. Comme pour la fingering, ce fil est à la fois doux (grâce à l’alpaga et à la soie) et un peu rustique (grâce au lin). Bien que DK, il est très léger et souple.

Je vous conseille de choisir un fil assez léger, pour ne pas alourdir votre pull et risquer qu’il s’allonge au blocage.

Le pull parfait pour se relaxer !

Je ne vous ai pas encore donné son nom ! Il s’appelle Epeautre. J’ai eu du mal à lui trouver un nom – en fait, j’en avais trouvé un, mais c’est un mot qui a plusieurs significations en fonction des contextes et l’une d’elles ne me convenait pas. Aussi j’ai lancé un appel aux propositions sur Instagram (vous saviez que j’avais un compte Instagram ? – n’hésitez pas à m’y suivre !) et l’une d’elles a retenu mon attention. L’épeautre, ou plus exactement le petit épeautre de Provence, est une céréale de ma région, que j’aime beaucoup cuisiner, en accompagnement, en salade ou en soupe. On en fait aussi de la farine pour faire du pain. C’est une céréale rustique, qui se cultive sur les plateaux de la Provence intérieure, comme le plateau de Sault, la Provence rude et profonde du Vaucluse et des Alpes de Haute-Provence. J’ai trouvé que ce nom lui allait très bien.

A l’occasion de sa sortie, ce modèle est à -20% sur Ravelry : ou sur Payhip.

Bluette

Bluette, substantif féminin – rare : Petite étincelle ; LITT. : Petit ouvrage très spirituel et sans prétention ; badinage (source: CNRTL).

Quelle définition conviendra le mieux à ce gilet, d’après vous ?

Bluette est mon nouveau modèle de gilet pour bébés et filles !

Il se tricote de haut en bas, avec une jolie dentelle le long des raglans et des côtés du corps. On retrouve cette dentelle en haut des poches pour la version longue.

Ce gilet existe en effet en deux versions :

– une version longue, avec manches longues et poches,

– une version courte, façon boléro, avec manches courtes.

Laquelle préférez-vous ?

J’ai tricoté la version longue et bleue dans le fil Noisette fing de Squirrel yarns, coloris « J’ai raté mon klein ». C’est un fil que ma fille a choisi au festival de la laine de Felletin à l’automne dernier. Ce gilet a été son cadeau d’anniversaire.

La version courte et jaune a quant à elle été faite en Faces Bleues fing de (Vi)laines, coloris « Se languir du soleil ».

Les tailles vont du 1 mois au 14 ans :

  • Pour la version courte, il vous faudra 150 (175/200/225/250) 275 (300/350/375/400/450/500) mètres de laine fingering.
  • Pour la version longue, il vous faudra 250 (270/300/350/400) 500 (550/600/700/800/900/1000) mètres de laine fingering.

En fonction de la version et de la taille, il vous faudra 3, 5, 7 ou 9 boutons.

Ce gilet se tricote avec des aiguilles circulaires de 2.5 et 3 mm.

Je vous offre 20% de réduction sur ce modèle jusqu’à la fin du mois de juillet :

 

Tartanesque socks

Après avoir fini et publié l’ebook Un amour de chaussettes, je me suis dit que les/mes hommes allaient être jaloux et réclamer eux aussi des chaussettes.

J’ai donc rapidement pensé à un nouveau modèle de chaussettes qui conviendrait aussi bien aux hommes qu’aux femmes. Honnêtement, une grande part des modèles de chaussettes peuvent être mixtes, non ?

Et voici donc les Tartanesque socks !

Tartanesque, ça vous rappelle bien sûr les deux modèles de gilets sans manches que j’ai créés pour hommes et garçons: Tartanesque (for men) et Tartanesque (kids).

Ce n’est pas un hasard. Je me suis inspiré du point que j’avais créé pour ces gilets, en le modifiant un peu pour qu’il puisse être adapté à des chaussettes. C’est un point très addictif qui se mémorise facilement et donne envie d’avancer le tricot, tour après tour.

Comme tous mes autres modèles de chaussettes jusque-là, elles se tricotent en commençant par les orteils. Pour le talon, vous avez deux options : soit un talon après-coup, soit un talon avec augmentations pour le dessous de pied et gousset. Je recommande la première option pour des chaussettes bicolores et la seconde pour des chaussettes unies, mais vous faîtes comme vous voulez. Les deux options sont expliquées dans le patron.

L’arrière de la cheville et la bordure du haut sont tricotés en côtes 2/2, ce qui permet une bonne tenue de la chaussette.

En ce qui concerne les tailles, pour les largeurs ce sont les tailles S, M, L et XL, en fonction de la largeur du pied. Les pointures vont du 35 au 45.

Sur les photos, la paire bicolore est celle de mon fils. Il a choisi de la Fabel de Drops en vert et blanc.

J’ai tricoté la paire unie pour moi, en Criquet des laines du Scarabée, dans un coloris magnifique : « Le battant de la porte », un gris légèrement bleuté et moucheté de rouille et de bleu foncé.

Et vous quelle option allez-vous choisir ? Unie, bicolore ?

Pour fêter leur sortie, je vous offre 20% de réduction sur ce modèle :

In the mood for summer

Etes-vous d’humeur estivale ? Sentez-vous monter cette envie d’été ?

C’est en pensant à l’été qui allait venir – mais aussi à un film que j’adore – que j’ai créé ce modèle estival.

Tout est parti du fil : la Champêtre fing de (Vi)laines, en coloris « La ceinture de Wangari ». J’ai déjà tricoté ce fil l’été dernier, pour mon prototype du Ressac top. Il est composé de 50% d’alpaga, de 25% de soie et de 25% de lin. Une association qui peut laisser perplexe sur le papier, mais qui est tout simplement géniale. C’est un régal à tricoter et encore plus à porter. La soie et le lin en font un fil idéal pour l’été, léger et fin, tandis que l’alpaga lui apporte de la douceur. De quoi le porter directement sur la peau pour une sensation très agréable.

La couleur quant à elle, est superbe. Vous savez déjà à quel point j’aime les couleurs de Marion. La ceinture de Wangari est un vert lumineux, ni trop clair, ni trop foncé, avec de très légères nuances. Il s’accorde à merveille avec la Champêtre.

Concernant le modèle, il est simple à tricoter, mais des petits détails viennent l’agrémenter. Il se tricote de haut en bas, d’abord en aller-retour pour former l’ouverture de l’encolure, puis en rond. Le bas du corps et des manches courtes sont ornés d’une dentelle tout simple, puis d’une bordure en icord. L’encolure et le bord de l’ouverture sont enfin finis avec un icord, qui permet aussi de créer 3 boutonnières.

Pour les tailles, il y en a 9, du XS au 3XL. Ce top se porte avec une aisance négative, il faut donc choisir une taille avec un tour de poitrine inférieur au vôtre (le tableau des mesures vous aidera à trouver la bonne taille).

Il se tricote en fil fingering. Je vous conseillerais soit le fil que j’ai utilisé, soit un fil qui contient au moins en partie du lin et/ou de la soie, pour un joli drapé et qu’il soit agréable à porter l’été.

En fonction de la taille, il vous en faudra entre 650 et 1200 mètres. Il vous faudra aussi 3 boutons et des aiguilles circulaires de 3 mm.

Pour célébrer la sortie de ce modèle (et l’arrivée de l’été !), je vous offre 25% de réduction sur ce modèle et mes autres modèles estivaux jusqu’au 21 juin.

Pour acheter ce modèle :

Pour retrouver la sélection des modèles estivaux, c’est ici.

J’ai hâte que les températures remontent pour le mettre vraiment !

Avez-vous reconnu quel film m’a inspirée ?