Archives de l’auteur : atelierdesglenettes

Kelibia filles

Après la version femmes, comme promis, voici la version filles !

Je ne vais pas faire long pour le descriptif, car les deux versions de Kelibia sont très proches. Evidemment, sauf les tailles!

Le Kelibia version filles est disponibles dans les tailles suivantes : 4, 6, 8, 10, 12 et 14 ans. Mais pour choisir la taille, je vous conseille de mesurer le tour de buste de l’enfant et de vous référer au tableau qui se trouve dans les explications.

Comme pour le mien, j’ai tricoté celui de ma fille en Bio Balance de BC Garn. Elle a choisi le coloris orange. C’est un orange doux, pas du tout flashy, plutôt abricot mûr – si vous voyez ce que je veux dire…

Pour les métrages nécessaires, évidemment il en faut nettement moins que pour les femmes et deux écheveaux seulement m’ont suffi pour celui de ma fille en taille 10 ans. Et donc, en fonction de la taille, il vous faudra 300 (350/400/450) 500/600 de fil fingering.

Pour le motif et la construction, c’est comme pour la version femme ! D’ailleurs, une fois que vous en avez fait un, pourquoi ne pas faire l’autre ? Vous pourrez ainsi faire un joli duo !

D’autant que Kelibia (girls) est à pris réduit jusqu’au 15 juillet : -20% sur <a href="http://<a href="http://www.ravelry.com/purchase/atelierdesglenettes/790859">buy nowRavelry (sans code) !

Kelibia

Je viens de publier un nouveau modèle de top d’été pour femmes : Kelibia !

C’est un top d’été facile à réaliser et très agréable à porter.

Il se tricote de bas en haut, avec pour commencer une large bande de dentelle qui couvre tout le dessous du buste, y compris dans le dos. Cette dentelle est ensuite poursuivie sur les côtés et jusqu’aux bordures d’emmanchures. Le reste est tricoté en jersey endroit et au point mousse (pour les bordures).

Kelibia se tricote en fil fingering. J’ai utilisé la Bio balance de BC Garn, un mélange de laine (55%) et de coton (45%), qui existe dans une jolie palette de couleurs – j’ai choisi du bleu, quelle surprise !

Kelibia est disponible en 10 tailles et est conçu pour être porté avec une aisance positive de 5 à 10 cm. Les tours de poitrine du top fini vont de 84 à 137 cm.

En fonction de la taille, il vous faudra entre 600 et 1200 mètres de fil fingering, tricoté aux aiguilles 3 mm.

Vous pouvez retrouver Kelibia sur Ravelry (avec une réduction de 20% jusqu’au 10 juillet), sur Payhip et sur Lovecrafts.

Une version pour filles va sortir très bientôt !!!

Torsades sans aiguille

J’ai tricoté une nouvelle paire de mitaines Ricochets et je me suis dit que c’était la bonne occasion pour essayer de faire une petite vidéo pour vous montrer comment faire des torsades sans aiguille et sans lâcher de maille.

D’abord, voici les mitaines:

Pour les mailles croisées sur le dessus, pas besoin d’aiguille à torsades ! il y a un moyen très simple de faire ces mini torsades sans avoir une troisième aiguille qui encombre les mains, mais aussi sans lâcher de maille et risquer qu’elle se détricote.

J’ai tourné une petite vidéo – c’est ma première, alors soyez indulgents ! – et je l’ai postée sur Facebook et Instagram, où vous pouvez la retrouver facilement.

J’ai tricoté cette paire de mitaines pour l’offrir à la maîtresse de ma fille comme cadeau de fin d’année.

Elles sont tricotées en (vi)laines Chaussettes, coloris « A la pêche aux coquillage », un coloris que j’adore – et ça tombe bien, il me reste encore plus de la moitié de l’écheveau, largement de quoi faire une autre paire de mitaines ou des chaussettes!

Vous pouvez retrouver le patron sur Ravelry, Payhip ou encore Lovecrafts.

Fleur de mai

C’est le printemps ! Il y a des petites fleurs partout, des pousses vert tendre, l’air qui se réchauffe tout doucement…

Les chaussettes Fleur de mai sont idéales pour la saison !

Tout en délicatesse et en féminité, avec leur jolie dentelle sur le dessus du pied et la cheville, et de légers froufrous pour terminer en bordure.

Ces chaussettes se tricotent en partant des orteils. Elles sont pourvues d’un gousset et d’un talon renforcé en « oeil de perdrix ». Le motif de dentelle, très facile à travailler, est expliqué par diagrammes.

Ce modèle est disponible en 7 largeurs de pieds et en 21 pointures. Les plus petites tailles conviennent aux enfants – d’ailleurs ma fille a voulu que je les fasse pour elle !

J’ai tricoté celles-ci en Summer sockle de Heikemade, un fil qui contient 44% de laine, 42% de coton et 14% de nylon, donc parfait pour le printemps. Le coloris (« Du vent dans la voile ») est un joli vert d’eau tout en nuances.

A l’occasion de leur sortie, il y a une réduction de 20% sur <a href="http://<a href="http://www.ravelry.com/purchase/atelierdesglenettes/777148">buy nowRavelry !

Cookies aux noisettes

Sur Instagram, je vous ai montré les cookies aux noisettes que j’ai faits ce weekend avec ma fille.

Voici la recette :

Ingrédients pour une vingtaine de cookies :

  • 250 g de farine
  • 100 g de sucre en poudre blanc
  • 50 g de sucre en poudre roux
  • 1 sachet de sucre vanillé
  • 1 sachet de levure chimique
  • 120 g de beurre ramolli
  • 1 œuf
  • 100 g de noisettes décortiquées

Commencez par concasser les noisettes. C’est meilleur avec des noisettes entières que vous aurez concassées grossièrement vous-mêmes. Ne le faites pas au mixer. Mettez les noisettes dans un torchon et tapez dessus avec un rouleau à pâtisserie. Vous obtiendrez des morceaux d’inégale grosseur et ce sera encore meilleur !

Préchauffez le four à 120°.

Dans un saladier, mélangez la farine, les sucres et la levure. Ajoutez le beurre ramolli et l’oeuf. Mélangez à la main jusqu’à l’obtention d’une pâte homogène. Incorporez les noisettes et mélangez pour bien les répartir dans la pâte.

Sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé, faites des petits tas de pâte. Enfournez pour 20 minutes de cuisson.

Sortez les du four; ils sont encore un peu mous, c’est normal. Attendez qu’ils refroidissent pour les enlever de la plaque.

Bon goûter !

Soleil levant

Je reviens avec un nouveau modèle de chaussettes. Mais des chaussettes un peu spéciales : des tabi !

Lorsque je suis allée au Japon il y a plus de vingt ans, j’ai découvert les chaussettes avec le gros orteil séparé. Et j’ai trouvé ça amusant, mais surtout très confortable.

Cela fait maintenant plusieurs années que je crée des modèles de chaussettes au tricot. Il était temps que je crée aussi un modèle de chaussettes tabi. Bien sûr, il en existe déjà et vous pouvez facilement en trouver, notamment sur Ravelry, mais un modèle de tabi qui commence par les orteils (mon sens de tricot préféré pour les chaussettes), qui est disponible en 7 largeurs de pied (donc en tailles enfants et adultes) et en 21 pointures (du 25 au 45 !)… là, je crois que c’est plus difficile à trouver !

Et donc voici les chaussettes Soleil levant !

Bon, je vous ai presque tout dit ci-dessus, donc il me reste juste à préciser qu’elles sont bicolores – mais rien ne vous empêche bien sûr de les faire unies ou à rayures. Le coloris contrastant permet de bien marquer les différentes parties de la chaussettes: les orteils, le talon et la bordure. La paire ci-dessus a été tricotée dans le fil Félicette de Le Chat qui tricote pour le coloris principal (« Martin pêcheur ») et un reste de Tough sock de The Uncommon Thread pour le contrastant.

La paire que je me suis faite a été tricotée dans le très beau coloris « Vincent » de la Fée Ballot (en Softy fingering), avec les (Vi)laines Chaussettes « Dans les plaines d’automne ».

Mon tout premier prototype a été fait dans un fil autorayant de Le bruit des aiguilles.

Vous voyez donc que vous pouvez faire ces chaussettes dans tout plein de coloris !

Et grâce à moi, vous allez maintenant pouvoir porter des tongs en toute saison sans avoir froid aux pieds !

Il ne me reste plus qu’à vous dire que pour fêter leur sortie, les chaussettes Soleil levant et tous mes autres modèles de chaussettes sont à -20% jusqu’au dimanche 20 mars sur Ravelry et Payhip avec le code « tabi » !!!

Crumble carottes et patate douce

On arrive dans la saison difficile pour les fruits et les légumes. Il y a moins de choix et on commence à se languir des fruits et des légumes de printemps… Et on se lasse de manger certains légumes, comme les carottes.

Je vous propose une recette qui changera peut-être de vos habitudes pour cuisiner les carottes : un crumble.

Ce qu’il vous faut:

  • pour la pâte à crumble:

150 g de farine

75 g de beurre ramolli

120 g de parmesan

  • pour la garniture:

4-5 carottes

1 patate douce

1 échalote

persil, sel, poivre, huile d’olive

Réalisation: Dans une sauteuse, faites revenir l’échalote émincée dans un peu d’huile d’olive, puis les carottes coupées en rondelle et la patate douce en petits morceaux. Ajoutez un peu d’eau dans le fond de la sauteuse, pour éviter que cela attache. Lorsque les carottes et la patates sont presque cuites (elles doivent être tendres, mais pas réduites en purée), arrêtez la cuisson et ajoutez du persil haché.

Pendant ce temps, préparez la pâte à crumble: mélanger tous les ingrédients à la main, pour obtenir une pâte sableuse.

Versez les légumes dans un moule à tarte. Emiettez la pâte par-dessus et recouvrez bien tous les légumes. Enfournez à 180° pendant 25 minutes.

Servez chaud ou tiède accompagné d’une salade verte. Bon appétit !

PS: j’ai déjà fait cette recette avec seulement des carottes, mais je trouvais cela un peu sec. La patate douce apporte un peu de moelleux. Même ceux qui ne l’aiment pas à la maison ont aimé le crumble !

Nigelle

Comme je l’écrivais dans mon précédent article, plusieurs modèles sont sortis en février, que je ne vous ai pas encore présentés. Deux ont été publiés à l’occasion de la Fête de la laine, qui a eu lieu à Malakoff (près de Paris), les 12 et 13 février. Je ne pouvais pas y être, mais j’étais quand même un peu là, grâce à mes modèles, présentés sur deux stands de teinturières.

L’un de ces deux modèles est Nigelle.

Un gilet court (mais qui peut être long aussi) et tout en dentelle, avec une profonde encolure en V et des manches amples. J’ai eu l’idée de ce modèle lors du voyage qui m’a menée au salon Knit Eat de Lyon en octobre 2021. J’y ai donc cherché les fils qui pourraient convenir. J’avais une idée bien précise en tête: un fil mohair et soie, mais avec des speckles. J’ai trouvé mon bonheur sur le stand des Petits points parisiens dont j’avais déjà eu la chance de visiter la boutique parisienne plusieurs années auparavant. Que ce soit au salon ou à Paris, j’ai été très bien reçue et conseillée par Anne, dont le travail sur les couleurs est de toute beauté, particulièrement sur les fils mohair et soie.

Je n’ai pas attendu longtemps après mon retour à la maison pour mettre ce fil sur mes aiguilles et tricoter ce gilet. Il est exactement comme je l’avais imaginé.

J’avais en tête un gilet de fête, à porter sur une robe de soirée – et j’ai d’ailleurs porté ce gilet pour les fêtes de fin d’année. Je peux vous dire qu’il est bien chaud et moelleux, tout en étant très léger. C’est un régal à porter et je n’ai eu que des compliments.

Sa légèreté vient du fil utilisé: un fil mohair (72%) et soie (28%) tricoté en double. Il en faut donc une certaine quantité, entre 1450 et 2400 mètres en fonction de la taille. Le modèle comprend 10 tailles, de 80 à 125 cm de tour de poitrine.

Nigelle se tricote de haut en bas, en commençant par l’encolure et le raglan. Des augmentations tout en haut des manches permettent de leur donner une belle ampleur. Les manches sont ensuite laissées en attente pour tricoter le corps. Vous avez deux options : un gilet court, comme celui que j’ai fait, ou un gilet plus long, pour un aspect plus cosy. Le bas du corps est souligné par une large bande côtes torses. Les manches sont alors tricotées tout droites, puis resserrées aux poignets.

A la fin, un icord est tricoté tout au long des bords du devant et de l’encolure. C’est cet icord qui forme les boutonnières (5 pour la version courte et 9 pour la version longue).

Le motif de dentelle est très facile à retenir. Néanmoins, il est entièrement expliqué par diagramme, pour toutes les tailles et toutes les parties du gilet (devants, manches et dos). Si vous préférez, ou si vous êtes déjà aguerri au tricot de dentelle, je donne aussi le motif de base et vous n’avez plus qu’à suivre les répétitions et les augmentations du raglan.

Au final, vous obtiendrez un superbe gilet, qui fera beaucoup d’effet et qui sera surtout très agréable à porter.

Comme d’habitude, vous pouvez le retrouver sur Ravelry, Payhip et Lovecrafts. N’oubliez pas de me taguer si vous le publiez sur les réseaux sociaux, Facebook ou Instagram, ça me fait toujours plaisir de voir vos réalisations de mes modèles…

Tête en l’air

J’ai pris du retard dans mes publications sur le blog. Trois modèles sont sortis en février, et il est plus que temps de vous les présenter.

Je vais commencer par le dernier sorti: Tête en l’air

Tête en l’air est, comme vous le voyez, un bandeau (ou headband en anglais) qui se porte sur les oreilles. C’est en quelque sorte une alternative au bonnet, plus légère, et qui permet notamment d’être portée avec une coiffure type queue de cheval ou chignon. Comme j’ai souvent les cheveux attachés, le bonnet n’est pas très pratique pour moi, alors le bandeau est idéal.

J’en ai tricotés deux, mais en fait aucun n’est pour moi. Je les ai offerts à mes soeurs. Il va falloir que je m’en fasse un aussi…

Ce bandeau est très rapide à réaliser. Il m’a fallu à peine deux soirées pour chacun d’eux. Il ne nécessite pas non plus beaucoup de fil et peut donc se tricoter avec des restes.

En parlant de fil, il se tricote en associant un fil fingering (par exemple un mérinos fingering) et un fil mohair & soie.

Pour le bandeau orangé, j’ai utilisé : le fil Précieuses fing de (Vi)laines en coloris « Dévorer des abricots » (un coloris réellement gourmand) et le fil Angel de Debbie Bliss en coloris « Tangerine ». Cela donne un bandeau vitaminé, plein de peps, mais aussi de douceur.

Pour le bandeau gris-bleu, j’ai utilisé : le fil Mérinos SW fingering de la Féefil, en coloris « L’écume » (une merveille !) et la Kidlsilk Haze de Rowan en coloris « Pearl ». On obtient quelque chose de très doux, très nuancé, assez hivernal.

Dans les deux cas, j’ai utilisé ce que j’avais en stock. Et j’ai plein d’idées d’associations pour en faire d’autres…

Du point de vue de la construction, ce bandeau se tricote en aller-retour, d’un bout à l’autre. Pour le fermer, à la fin, vous avez deux options : une couture ou le grafting.

Sur la nuque (et donc au début et à la fin), il se tricote en côtes 1/1. Ces côtes permettent de resserrer un peu la largeur du bandeau, afin de ne pas avoir quelque chose de trop épais sous les cheveux, et donne une bonne élasticité. La partie la plus visible du bandeau est travaillé dans un joli motif de mailles glissées et de nopes.

Il s’agit du même motif que pour les mitaines Le coeur sur la main (modèle gratuit), qui se tricotent dans le même mélange de fils. Vous pouvez donc faire un joli ensemble en tricotant les deux.

Un point très important : les tailles. Eh bien, en fait, il n’y en a pas pour ce modèle. Ou plutôt, ce sera la vôtre ! Je vous explique en effet comment tricoter le bandeau qui sera exactement à la taille de votre tête (ou de celle de la personne à qui est destiné le bandeau). Il suffit d’une petite mesure et de quelques calculs très simples. Ce bandeau est donc adaptable à toutes les têtes !

Et un dernier point, tout aussi important : j’avais prévu de publier ce modèle le 24 février dernier. Tout était prêt. Mais ce jour-là – un jour terrible – la Russie a envahi et bombardé l’Ukraine. Je ne me sentais pas le coeur de publier un modèle de tricot comme si de rien n’était. En même temps, je me sentais complètement impuissante face à ce qui se passait. Finalement, après réflexion, j’ai décidé de publier ce modèle à un petit prix (2 euros) – il était prévu pour être gratuit, comme les mitaines – et de reverser le montant récolté à une association d’aide aux Ukrainiens.

Vous pouvez retrouver ce modèle sur Ravelry, Payhip et Lovecrafts. Quelle que soit la plateforme que vous choisirez pour l’acheter, l’argent ira aux Ukrainiens. Si vous l’achetez sur Payhip, vous avez la possibilité de verser davantage que le prix de base.

PS: et pour les curieux, sur ces photos, je porte mon pull Septentrio !

Mini muffins salés

Aujourd’hui je vous propose une nouvelle recette que j’ai testée à Noël (oui, ma famille a servi de cobayes !) : des muffins salés au parmesan et aux herbes.

Ingrédients:

  • 180 g de farine
  • 75 g d’huile d’olive (vous pouvez utiliser une autre huile végétale, mais ça aura moins de goût)
  • 3 œufs
  • 1 yaourt
  • 120 g de parmesan râpé
  • un sachet de levure chimique
  • Une pincée de sel
  • De la ciboulette ciselée (ou d’autres herbes fraîches: estragon, basilic…)

Mettre la farine dans un saladier, faire un puits et y verser l’huile, les œufs, le yaourt, la levure, le parmesan et le sel. Mélanger le tout, ajouter la ciboulette.

Préchauffer le four à 180°.

Verser la préparation dans des moules à muffins et faire cuire 18 minutes. Laisser refroidir avant de démouler.

A servir à l’apéritif ou dans une entrée composée.

Mon entrée était composée d’un mini muffin, d’une tranche de foie gras, de salade verte et d’une verrine (concombre coupé en petits cubes, mascarpone battu avec de la crème fraîche et du saumon fumé coupé en petits morceaux, décorée d’un morceau de saumon fumé et de brins de ciboulette).

Bon appétit !