Bientôt l’hibernation ?

C’est à se demander si je ne serais pas en train de préparer notre hibernation. Ne voilà-t-il pas que mes dernières coutures sont des pyjamas pour mes enfants. Après ma chemise de nuit, on pourrait avoir l’impression que je nous prépare un long hiver sous la couette…

Le pyjama de la puce est tout mignon, avec ses petits pandas qui dorment ou qui vous saluent:

Pour le bas, j’ai utilisé le patron de leggings de Petit citron, dont j’ai juste élargi les jambes, afin que le bord côte du bas vienne resserrer un peu à la cheville.

Et pour le haut, j’ai pris un modèle Ottobre : magazine 6/2013, numéro 34, « Mr. Bear ».

Pour le grand frère, des petits robots bleus sur fond gris :

Même patron utilisé pour le bas, avec les mêmes modifications.

Et pour le haut, aussi un patron Ottobre, du même magazine, mais le numéro 39, « Autumn stripes », avec des emmanchures raglan.

Pendant que je cousais ces pyjamas, je voyais qu’ils faisaient très envie à mon petit neveu, en vacances chez nous. Alors quand je lui ai proposé de lui en coudre un aussi, un grand sourire a éclairé son visage (et moi, je n’ai pas pu résister).

Il a eu droit à des dinosaures :

Comme il commençait à faire sombre (merci l’heure d’hiver !), la photo n’est pas terrible…

En ce qui concerne les tissus et les bord côtes, ils viennent tous de tissus.net. Je trouve qu’ils ont des jersey sympas et à des prix raisonnables. Seul celui des robots avait une lisière imprimée.

Bonne nuit à tous !

Et pour moi…

Il y a presque un an, je m’étais cousue une chemise de nuit. J’en suis très contente, elle est très agréable à porter. Du coup, je me suis dit qu’il m’en fallait une deuxième. Pareille. Juste dans un autre tissu.

J’ai donc fait pareil : j’ai repris le modèle du tee-shirt Plantain, que j’ai simplement rallongé et dont j’ai fait le décolleté moins creusé. J’aurais bien voulu faire des manches longues cette fois-ci, mais ça ne rentrait pas dans mon tissu. Pas grave, je suis restée sur les manches 3/4. Et je n’ai pas fait le dos plus long que le devant, car j’ai trouvé que cela ne donnait rien.

Pour le tissu (du jersey évidemment), je ne me souviens plus où je l’ai acheté. D’après le nom qui figure sur la lisière, ce doit être un tissu pour enfant. Eh bien, tanpis, je l’ai pris pour moi !

 

 

Robe en jean

J’ai cousu une nouvelle robe pour ma puce :

Une robe en jean, avec de la dentelle et du biais rouge.

J’ai utilisé le modèle « r » (Robe à empiècement croisé) du livre Little girl (Yoshiko Tsukiori, Hachette, Mes carnets de couture, 2012).

J’ai déjà fait ce modèle plusieurs fois et j’aime beaucoup cet empiècement croisé.

Comme mon coupon de tissu était trop court en hauteur et que je ne pouvais pas faire les dos d’une seule pièce, j’ai coupé le dos au même niveau que le devant. Il a donc fallu que je modifie l’ordre du montage des pièces, mais cela m’a permis de mettre un passepoil au niveau de la taille, histoire d’ajouter encore une petite touche de rouge…

(la fermeture éclair dans le dos est rouge aussi, évidemment !)

Ce modèle est assez ample en largeur et comme ma puce est menue, je suis restée sur la taille 100 (déjà coupée sur le papier) et j’ai juste allongé la jupe. Je n’ai pas réussi à faire de photos portées pour l’instant (bien que la robe lui plaise beaucoup), mais je peux vous assurer que c’est pile poil la bonne taille pour son 6 ans taille de guêpe !

J’ai réalisé le passepoil moi-même. Ma mercière n’en avait pas de la bonne couleur, mais elle avait de la cordelette, alors j’ai tenté le coup. Franchement, ce n’était pas compliqué ; la prochaine fois, je n’hésiterai pas.

Les vacances viennent à peine de commencer pour moi, j’ai donc encore le temps de faire quelques travaux de couture…

Chat et souris

Cela fait un petit moment que je n’ai pas écrit de nouvel article, mais c’est pour la bonne cause ! Plusieurs modèles de tricot sont en effet en préparation et il faut du temps pour cela…

Le premier est sorti hier soir : Chat et souris !

C’est mon premier modèle de châle (excitation totale), alors j’espère que vous lui réserverez un bon accueil…

D’autant que des modèles de châles, j’en ai d’autres en tête, alors je ne compte pas m’arrêter à ce premier.

Pour tout dire, j’ai adoré construire ce châle. C’était un peu comme un voyage : on voit les motifs se dérouler au fur et à mesure qu’on avance, les couleurs évoluer et alterner, comme des paysages… Bref, je ne me suis pas ennuyée et je crois que mes testeuses non plus.

Ce châle alterne les sections au point mousse et les sections en dentelle. Le motif de dentelles ressemble à des feuilles. C’est un motif qui me plaît beaucoup et que j’ai déjà prévu de réutiliser…

Je l’ai tricoté avec la laine Féline de Le chat qui tricote. Une laine mérinos fingering très douce, avec un joli choix de couleurs. J’ai pris « Coquelicot » et « Bora Bora ». J’adore ce bleu, plein de nuances et le rose orangé du coquelicot vient donner un bon coup de peps à l’ensemble, de quoi tenir bien à l’écart la morosité automnale…

Pour réaliser ce châle, il faut deux écheveaux complets, un de chaque couleur, soit environ 400 m. de chaque. Et des aiguilles de 3 mm.

Le chat qui tricote, c’est aussi une boutique-salon de thé à Aix-en-Provence, où on peut venir passer l’après-midi en tricotant, en papotant, et en dégustant les délicieux gâteaux faits maison proposés. On y passe un très agréable moment, même (et surtout) en été, car grâce aux murs épais des vieilles maisons, il y fait bien frais. Il est très difficile d’en repartir les mains vides, car ce sont de véritables merveilles qui sont accrochées un peu partout sur les murs. Et c’est comme ça que lors de ma visite d’avril dernier, je suis repartie avec plusieurs écheveaux, dont deux se sont transformés dans le châle que j’ai le plaisir de vous présenter aujourd’hui !

Depuis que les températures ont baissé, je porte ce châle tous les matins et je l’adore, je n’arrive plus à m’en passer. Dire que je ne portais quasiment jamais de châle… Il va rapidement m’en falloir un autre ! (mais ça, ne vous inquiétez pas, c’est au programme)

Si ce modèle vous plaît, dépêchez-vous pour profiter d’une réduction de 20%; c’est jusqu’à mercredi seulement !  

Tartanesque

Voici ma nouvelle chemise, idéale pour l’automne qui arrive :

Je dois avouer que je suis plutôt contente de moi et je sens qu’elle va devenir une de mes chemises préférées…

J’ai utilisé le modèle de chemisier à plastron du livre « Vêtements en lin et coton. La couture nature » de Kyoko Sakauchi (éditions de saxe).

J’ai allongé les manches (de 20 cm) pour avoir des manches longues et du coup fait les poignets un peu plus étroits. J’ai aussi agrandi les emmanchures, car elles étaient trop serrées. J’ai déjà fait ce modèle auparavant, donc j’avais déjà validé ces modifications. Mais c’est la première fois que je le fais avec un tissu différent pour le plastron (ainsi que le col et les poignets). Et ça me plaît beaucoup !

Pour les tissus, l’écossais vient de puces des couturières (un grand coupon que j’ai déniché à un prix dérisoire) ; pour le blanc, je ne sais plus.

Et j’adore les boutons, trouvés eux aussi à des puces de couturières :

J’espère que vous les voyez assez bien. Sur cette photo, on voit aussi que le tissu blanc est un peu transparent. J’aurais sans doute dû le doubler. Tanpis, je porterai ce chemisier avec un tee-shirt dessous…

Il manque une chose, vous ne trouvez pas ? Ben si, maintenant, il me faut un gilet rouge pour porter avec !

On se prépare…

Que coud-on à quelques jours de la rentrée ? Des trousses !

C’est pas très original, mais c’est bien pratique !

En voilà donc trois, deux pour ma fille, une pour mon fils. Ils ont choisi les tissus dans mon stock. L’extérieur est en coton enduit ou simili cuir et l’intérieur en coton.

Voici les trousses pour ma fille :

Et celle pour mon fils :

J’ai repris un tutoriel déjà utilisé plein de fois, mais un peu modifié (les trousses sont notamment un peu plus grandes), celui des Lubies de Louise.

Et comme il me restait du tissu (et un peu de temps), je me suis fait une trousse de toilette, avec les mêmes tissus qu’une des trousses de ma fille :

J’ai repris le même principe, mais en coupant le tissu en trapèze, la base la plus étroite étant du côté des fermetures éclair.